Originaire du Nord, de Villeneuve d’Asc, Loïc a grandit dans un univers Basket, passant son enfance à visionner des cassettes VHS et suivant ses grands frères sur les terrains avec son ballon sous le bras.

A l’âge de 10 ans, l’un de ses grands frères, Francis Akono, l’inscrit enfin dans l’équipe de poussins 2ème année de Villeneuve d’Asc. Il passe ensuite en Benjamin mais ne fait pas sa deuxième année car , influencé par ses potes et ayant envie de passer du temps avec eux, il décide de les suivre aux entraînements de foot.

Après 1 an d’entraînement, son grand frère Francis souhaite vivement convaincre Loïc de réintégrer un club de basket. Pour cela, il met tous les moyens en œuvre, jusqu’à aller lui acheter une paire neuve de Jordan.

Portant fièrement ses nouvelles Jojo aux pieds, Loïc retourne finalement au basket en minimes région.

À la fin de cette année, son grand frère le conduit à des détections pour intégrer les sélections du Nord, pôle Espoir. Grâce à cela, Loïc rejoint le CREPS à l’âge de 14 ans et cet événement a marqué le début de sa carrière!

Il rejoint par la suite le centre de formation de Gravelines Dunkerque pendant 4 ans, durant cette formation, il commence à s’entrainer avec l’équipe professionnelle, c’est à ce moment là que Loïc a un déclic et décide de tout donner afin de devenir joueur professionnel.

Sa carrière commence donc à Gravelines, il part ensuite pour Brest où il fait 2 ans et est élu « meilleur espoir de Pro B ». Suite à cela, Gravelines décide de rappeler Loïc pour le faire jouer en pro A avec eux. Bonne saison mais tout de même mitigée avec un temps de jeu limité. À la fin de cette année Loïc souhaite retourner en Pro B afin de s’épanouir, d’acquérir plus d’expérience et de mûrir.

C’est là qu’il signe à Nanterre ! En 2011, ils décrochent le titre de champion de France Pro B et, en 2012, ils effectuent également une très bonne saison en accrochant le maintien.

Après 3 ans à Nanterre, il se lance un nouveau challenge et signe à Lille pour la saison 2012-2013. Malheureusement, il décrit cette saison comme un échec et quitte Lille pour signer à Boulogne sur Mer Pro B où il décroche son deuxième titre de champion de France et accède à la Pro A.

Il enchaîne sur une deuxième saison avec eux mais l’équipe n’obtient pas le même succès et redescend en Pro B.

Loïc se dirige alors vers le Sud, à Fos-sur-Mer pour 2 ans. Ces 2 années ont été une épreuve pour lui qui se blesse à plusieurs reprises, des chocs physiques mais surtout psychologiques pour lui qui ne s’était jamais blessé auparavant.

Ces traumatismes ont marqué sa carrière et l’ont vraiment forgé.

Il n’a pas obtenu ses meilleurs souvenirs à Fos mais c’est ces saisons qui ont fait de lui l’homme et le joueur qu’il est aujourd’hui : positif, déterminé et humble.

En 2017, il signe à Orléans où il retrouve son ancien coach de Boulogne. Ce contrat a un caractère rassurant pour lui et lui redonne un nouveau souffle, il reprend goût aux entraîments, aux matches et au plaisir de jouer.

Après cela, il retourne à Boulogne, où il signe 3 ans, en NM1, car il s’était promis de reporter leur maillot un jour.

Lors de sa deuxième saison à Boulogne, le covid stoppe le championnat ..suite à cet événement malheureux, Loïc décide de repenser sa carrière et se lance un nouveau challenge. Il met sa carrière de basketteur de côté mais signe tout de même au niveau NM2 à Metz.

Son nouveau projet : rentrer en école de coiffure, sa deuxième passion depuis petit.

Actuellement, Loïc fait une très belle saison à Metz et évolue dans son parcours professionnel. Son ambition est d’ouvrir son propre salon.

Son mental, sa détermination et sa positivité l’ont conduit où il est, même quand il est dos au mur, Loïc a toujours su rebondir et ce sont ces valeurs qu’il souhaite transmettre à son fils.

 En regardant en arrière, Loïc apprécie chaque instant de sa carrière et est fier du parcours accomplit.

Loïc est connu grâce à sa carrière pro, mais il est également connu dans le monde du basket amateurs, sur les playgrounds, les tournois,… tout le monde le décrit comme un homme généreux, chaleureux, humble et discret.

Loïc Akono
Loïc Akono

Originaire du Nord, de Villeneuve d’Asc, Loïc a grandit dans un univers Basket, passant son enfance à visionner des cassettes VHS et suivant ses grands frères sur les terrains avec son ballon sous le bras.

A l’âge de 10 ans, l’un de ses grands frères, Francis Akono, l’inscrit enfin dans l’équipe de poussins 2ème année de Villeneuve d’Asc. Il passe ensuite en Benjamin mais ne fait pas sa deuxième année car , influencé par ses potes et ayant envie de passer du temps avec eux, il décide de les suivre aux entraînements de foot.

Après 1 an d’entraînement, son grand frère Francis souhaite vivement convaincre Loïc de réintégrer un club de basket. Pour cela, il met tous les moyens en œuvre, jusqu’à aller lui acheter une paire neuve de Jordan.

Portant fièrement ses nouvelles Jojo aux pieds, Loïc retourne finalement au basket en minimes région.

À la fin de cette année, son grand frère le conduit à des détections pour intégrer les sélections du Nord, pôle Espoir. Grâce à cela, Loïc rejoint le CREPS à l’âge de 14 ans et cet événement a marqué le début de sa carrière!

Il rejoint par la suite le centre de formation de Gravelines Dunkerque pendant 4 ans, durant cette formation, il commence à s’entrainer avec l’équipe professionnelle, c’est à ce moment là que Loïc a un déclic et décide de tout donner afin de devenir joueur professionnel.

Sa carrière commence donc à Gravelines, il part ensuite pour Brest où il fait 2 ans et est élu « meilleur espoir de Pro B ». Suite à cela, Gravelines décide de rappeler Loïc pour le faire jouer en pro A avec eux. Bonne saison mais tout de même mitigée avec un temps de jeu limité. À la fin de cette année Loïc souhaite retourner en Pro B afin de s’épanouir, d’acquérir plus d’expérience et de mûrir.

C’est là qu’il signe à Nanterre ! En 2011, ils décrochent le titre de champion de France Pro B et, en 2012, ils effectuent également une très bonne saison en accrochant le maintien.

Après 3 ans à Nanterre, il se lance un nouveau challenge et signe à Lille pour la saison 2012-2013. Malheureusement, il décrit cette saison comme un échec et quitte Lille pour signer à Boulogne sur Mer Pro B où il décroche son deuxième titre de champion de France et accède à la Pro A.

Il enchaîne sur une deuxième saison avec eux mais l’équipe n’obtient pas le même succès et redescend en Pro B.

Loïc se dirige alors vers le Sud, à Fos-sur-Mer pour 2 ans. Ces 2 années ont été une épreuve pour lui qui se blesse à plusieurs reprises, des chocs physiques mais surtout psychologiques pour lui qui ne s’était jamais blessé auparavant.

Ces traumatismes ont marqué sa carrière et l’ont vraiment forgé.

Il n’a pas obtenu ses meilleurs souvenirs à Fos mais c’est ces saisons qui ont fait de lui l’homme et le joueur qu’il est aujourd’hui : positif, déterminé et humble.

En 2017, il signe à Orléans où il retrouve son ancien coach de Boulogne. Ce contrat a un caractère rassurant pour lui et lui redonne un nouveau souffle, il reprend goût aux entraîments, aux matches et au plaisir de jouer.

Après cela, il retourne à Boulogne, où il signe 3 ans, en NM1, car il s’était promis de reporter leur maillot un jour.

Lors de sa deuxième saison à Boulogne, le covid stoppe le championnat ..suite à cet événement malheureux, Loïc décide de repenser sa carrière et se lance un nouveau challenge. Il met sa carrière de basketteur de côté mais signe tout de même au niveau NM2 à Metz.

Son nouveau projet : rentrer en école de coiffure, sa deuxième passion depuis petit.

Actuellement, Loïc fait une très belle saison à Metz et évolue dans son parcours professionnel. Son ambition est d’ouvrir son propre salon.

Son mental, sa détermination et sa positivité l’ont conduit où il est, même quand il est dos au mur, Loïc a toujours su rebondir et ce sont ces valeurs qu’il souhaite transmettre à son fils.

 En regardant en arrière, Loïc apprécie chaque instant de sa carrière et est fier du parcours accomplit.

Loïc est connu grâce à sa carrière pro, mais il est également connu dans le monde du basket amateurs, sur les playgrounds, les tournois,… tout le monde le décrit comme un homme généreux, chaleureux, humble et discret.